FRENG

Actualités

PAROLES // Yann Eliès (3e) : « Je reprends confiance en moi »

Publie le 08/09/2020

Coiffé sur le fil par Sam Goodchild pour la deuxième place de la deuxième étape de La Solitaire du Figaro, Yann Eliès (Quéguiner Matériaux-Leucémie Espoir) se satisfaisait de sa place sur le podium qui, estime-t-il, lui redonne confiance en vue de la suite de la course.

« J’ai manqué un peu d’énergie sur la fin, Sam était un peu plus en forme que moi, un peu plus sur les réglages, et je ne m’attendais pas à ce que ça mollisse comme ça, je pensais qu’on allait finir dans du vent dans un mode un peu guerrier, et en fait, ça se finit dans un mode un peu plus fin, ce n’est pas très très grave. C’était important pour moi de faire une belle étape, ça me rassure, je reprends confiance en moi, j’ai douté, ça fait quand même plus d’un an que je n’arrive pas à avoir de résultats en Figaro Bénéteau, que je ne fais que des contre-performances, je commençais à me demander si j’étais encore capable d’y arriver, je le suis. J’espère que ça va se concrétiser sur la prochaine étape et que je vais continuer à monter en puissance, en tout celle-là me fait vraiment du bien.

C’est une étape qui est vraiment marquée par Armel Le Cléac’h, nous, derrière, on a suivi comme on pouvait, on a galéré pour essayer de le tenir, mais il l’a imprimée de bout en bout, il a vraiment été impérial. J’ai un peu hésité au début à prendre son option, parce qu’il y avait des routages qui nous faisaient aller tout droit vers Eddystone, au moment où j’ai compris que ça allait le faire, c’était trop tard, en plus, je suis parti derrière. C’était en tout cas le coup d’entrée qu’il ne fallait pas rater.

Ça serait bien que j’arrive à gommer mes débuts d’étape pour me faciliter la tâche, parce que la différence sur un départ coûte quand même 40 minutes au final. Après, j’ai pris du plaisir, notamment sur le bord du portant, j’arrive à trouver les manettes. Au général, je suis là où je devrais être (quatrième), il va falloir tout donner sur les deux dernières étapes, si je pouvais continuer à bien progresser, ça me ferait plaisir parce que j’avais besoin de retrouver de la confiance. »

Kinsale-Le Croisic 1975 Clare Francis

Share