FRENG

Actualités

Trois questions à la direction de course…

Publie le 23/08/2021

Embarqué sur l'eau, Francis Le Goff, directeur de course de la 52e Solitaire du Figaro est aux premières loges pour commenter et analyser la progression des 34 skippers engagés depuis 24 heures dans ce marathon au long cours en quatre étapes. Tout comme les concurrents, il apprécie à sa juste valeur le début du premier parcours de 627 milles, dans des conditions vraiment idéales qui permettent à toutes et tous de rentrer progressivement dans la compétition, dont le niveau d'exigence promet de monter crescendo. Ce soir à 20h, la tête de flotte progresse sous spi et le soleil déclinant, à 150 milles de la marque de îles Farallones aux abords de La Corogne. Elle est attendue demain en début de matinée pour entamer une longue et éprouvante ascension de 290 milles pour rallier Lorient au près...

Pour un directeur de course, comme pour les concurrents, il est difficile d’imaginer un meilleur scénario pour débuter une Solitaire ?

« La situation est presque rêvée. La flotte profite d’un excellent début de course qui permet aux concurrents de se mettre en conditions et de prendre leurs marques. Pour autant, il n’est pas question de s’endormir sur des lauriers. Tous sont contraints de faire des recalages fréquents. Le dernier empannage prévu vers minuit s’annonce important pour l’atterrissage en Espagne. On devine que ça commence à cogiter à bord des monotypes. Après ces premières 24 heures idylliques, les choses vont se corser un peu. Cela va devenir un peu plus physique, au près… Un peu sur la portière, comme ils disent ! »

Une première hiérarchie se dessine-t-elle ce lundi soir ?

« La flotte est encore assez compacte, mais le travail accompli dans la descente devrait compter pour la suite. Ceux qui vont repartir les premiers après le passage de la marque des îles Farallones (non loin de La Corogne, ndlr) auront un avantage pour la suite du parcours. Il n’y a pas de raison que ça tamponne là-bas, même si les bateaux vont passer près de la côte, où ils sont attendus en début de matinée, après le petit déjeuner si on en croit les derniers routages. »

Comment vont évoluer les conditions d’ici là ?

« Pour l’instant, elles sont assez conformes à celles qui étaient prévues. D’ailleurs il est intéressant de se rappeler ce qu’avait dit Cyrille Duchesne, météorologue de Météo Consult, en comparant le flux qui a propulsé la flotte aujourd’hui à un alizé avec des trous d’air de 10 nœuds à peine, comme il y en a eu cet après-midi. On n’est donc pas spécialement en avance sur les routages. Mais on attend toujours un vent de 20/25 nœuds au près pour la journée de demain. Si on se projette un peu plus loin, les modèles divergent un peu. Le vent va-t-il se maintenir ou mollir ? On y verra plus clair demain à l’aune de cette deuxième journée de course… »

Tags

No tags were found

Share